29 mars 2011

La Sicile au vert

Bonjour à tous et bienvenus en Sicile !

Une semaine placée sous le signe du soleil et qui m’a fait grâce de quelques marques de bronzage et de coups de soleil, ici le beau temps a été de rigueur avec des températures qui en vélo, m’ont permis de ressortir le short sans crainte. Je commence donc mon circuit par le sud à Syracusa (Syracuse), qui possède un vieux centre plein de petites ruelles et de charme, ainsi que quelques restes de son histoire antique. De là je  repars vers le nord à Catania, belle ville animée au pied de l’Etna où j’irais grimper pendant une journée à la recherche de fumerolles et de coulée de lave (pas vu ces dernières, il faut monter jusqu’au cratère principal et ce n’est possible qu’avec un guide).   

Alors impossible d'insérer la vidéo donc voici son lien sur youtube : http://www.youtube.com/watch?v=Nea4I_P87X8

Donc après m’être fait cramer la tête sur les versants enneigés du volcan, je pars vers Palermo (Palerme) à travers le centre de l’ile. Je ne sais pas comment vous imaginez la Sicile, mais moi j’avais à tort une image assez proche de celle de la Corse. Que nenni ! En fait il s’agit d’une succession infinie de collines et vallées qui n’ont rien d’un maquis corse. Ici tout est vert et seules les couleurs du printemps et du ciel bleu contrastent avec ces multiples verts. Ma route passe de petites bourgades en hameaux perchés au gré des montées et descentes qu’offre ce labyrinthe colinéaire. C’est dans leur aspect extérieur que réside le charme de ces villages ; lorsqu’on les voit de loin, perdus sur leur promontoire, agencés de petites ruelles, de maisons à plusieurs étages qui semblent empilées les unes sur les autres, les yeux s’abandonnent à la rêverie. A l’intérieur c’est différent et de villages en villages, les maisons et les ruelles se ressemblent trop – peut-être n’est-ce qu’un sentiment personnel dû à l’habitude et donc presque à la banalité de celles-ci.

La Sicile possède aussi une autre caractéristique « verte », c’est que possédant ces innombrables collines, le vent souffle pas mal et donc qui dit vent, qui dit soleil, dit énergies propres. C’est dingue le nombre de parcs éoliens qui ont défilé le long de ma route, avec tantôt quelques centrales solaires. A croire que chaque village possède son éolienne, son parc éolien ou ses panneaux solaires. Bref ici comme me le rappelle de temps en temps certains panneaux de dénucléarisation, la page est tournée et c’est vers un avenir plus vert que se tourne l’île.

Il est écrit une chose à propos de la Sicile, c’est que ce n’est plus comme l’Italie. Certainement un peu exagéré mais y’a du vrai, peut-être parce que les caractéristiques de la Sicile y sont plus Italien que dans le reste du pays. Je m’explique, vis-à-vis des clichés, ici ils auraient un peu leur place ! Juste pour parler de la circulation, à vélo sur la route à part deux ou trois abrutis classiques comme dans tous les pays ça va, par contre une fois en ville, autant vous dire que je vis des périodes d’attention toute renforcée, proche du stress, à l’approche de chaque carrefour ! Et aussi autant dans les rues où les règles de conduites sont plus aléatoire que nulle part ailleurs, ça déboule de partout, klaxon en avant, ça tourne, ça slalom entre les voitures, ça occupe le moindre espace, … bref ça bouge (trop pour moi !!) à chaque instant.

L’autre cliché qu’on pourrait avoir est le fameux machisme italien. Certainement présent un peu partout en Italie, ici j’ai du mal (pour les villages et bourgades, je ne parle pas de Syracusa, Catania ou Palermo) à voir des femmes dans les rues ! Il n’y a que la gente masculine qui se permet d’être dehors à flâner, discuter, faire des tours en voiture ou en scooter pour la frime. C’est même différent du Moyen-Orient où les femmes sont dehors mais voilées, ici sur les places des villages et même dans les ruelles, c’est principalement soit vide, soit occupé par des gars ! On a tous cette image de vieux hommes assis sur un banc, canne à la main, elle existe toujours bien sur, et avec à côté d’eux des jeunes qui semblent passer leur temps à fumer et attendre quelque rendez-vous ou mauvais coup à venir ! Et parmi eux où sont-elles les siciliennes ? A part pour quelques jeunes qui sortent, je n’ai pas d’autre réponse à cette question que dans leur maison et j’aimerais mon tromper.

Quant à ma présence, loin d’être inaperçu, je bénéficie de nombreux sourires d’encouragement sur ma route, de mains tendues et quand je m’arrête il est rare de ne pas avoir une conversation en italien avec une petite troupe de personnes (donc très souvent des hommes ou des enfants). Plus d’une fois je serais étonné de moi-même de pouvoir discuter un peu en italien avec eux sans trop de difficultés, le plus marquant a été avec des gamins d’environs  7 ans que je comprenais parfaitement et qui saisissaient mes réponses. Mais halte-là, je ne parle pas italien, le souci c’est que se sont principalement toujours les mêmes mots et mêmes sujets de conversations qui reviennent, donc ma discussion reste bien limitée hélas !

J’arrive donc à Palermo, véritable joyau architectural baroque et aussi un peu normand avec ses chapelles qui sont justes magnifiques - recouvertes de mosaïques dorrées comme à Ravenna mais encore plus brillantes, plus belles, plus décoratives, plus ... enfin bref vous m'avez compris, elles m'ont conquis ! Et Palermo c'est aussi une animation de rue avec ses marchés, la vie quotidienne qui entre 2 et 5h de l'après-midi fonctionne en mode pause comme partout au sud de l'Italie, sa vie nocturne, sa circulation, et bien d'autre !

 Et c’est ainsi que s’achève mon retour en Italie, je ne ferais pas la Sardaigne comme espéré faute de liaisons bateaux assez nombreuses, et afin de profiter un peu plus de l’Espagne, qui je le sens déjà va passer très vite avant mon retour en France.  Bilan d’environ 70 jours en Italie (record de temps dans un même pays !!) j’ai appris plusieurs mots et phrase d’italien qui m’ont fait aimer pratiquer la langue, je n’ai pas encore tout vu de ce pays qui recèle d’une multitude de trésors et j’y ai fait parmi mes plus belles rencontres au fil de la route.

Pour la suite deux jours de bateaux via Genova (Gênes) pour arriver à Barcelona.    

Album photo : http://mediterraneevelo.canalblog.com/albums/la_sicile_au_vert/index.html

A très bientôt et gros bisous à tous.

Posté par cc-v à 19:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur La Sicile au vert

    bonne continuation a toi

    et à mon avis tu parles bien mieux l'italien que moi ( j'ai jamais étudié cette langue)

    par contre tu vas pouvoir avoir des discussions avec ma soeur!

    bon voyage en bateau

    delphine

    Posté par mariztophe, 30 mars 2011 à 14:32 | | Répondre
  • Allez CC !

    Plutôt sympa les pentes de l'Etna sous la neige et les scooters italiens. Bon courage et bonne chance pour la découverte de l'Espagne, le beau temps est là!

    Posté par Pit, 09 avril 2011 à 09:27 | | Répondre
  • Sympa...

    Sympa la vidéo, j'adore... on s'y croirait en fermant les yeux et surtout sous sa couette !cool l'Etna sous la neige vu comme ca.Je vois aussi que l'Espagne a été une période bien animée..tu vas pouvoir venir continuer les soirées en France avec les espagnol(e)s du CAFOL car ils ne perdent pas leur énergie ici ! gros bisous Cedric
    BEA et la redfamily

    Posté par bea, 12 avril 2011 à 22:05 | | Répondre
Nouveau commentaire